Votre attention s’il vous plaît

Ne lire l’article qu’après avoir visionné la vidéo…(durée de la vidéo 1 min 22)

L’attention désigne notre capacité à nous focaliser sur certaines informations de notre environnement mais également notre capacité à en négliger d’autres.

****************************************************************************

****************************************************************************

Comme vous l’avez vu dans la vidéo lorsque votre attention se focalise sur les joueurs, elle fait totalement abstraction du gorille !

En effet, notre attention est limitée, et ne peut par conséquent se placer sur plusieurs fronts simultanément. Lorsque celle-ci se place sur quelque chose, elle l’amplifie et peut ignorer tout le reste. Elle a une durée de vie déterminée et s’évanouit. Elle est de nature à se « laisser prendre » par un stimuli (extérieur ou intérieur) de manière inconsciente comme par réflexe. Mais elle peut également être contrôlée volontairement par exemple, lorsque vous décidez de lire ce texte.

Nous venons de passer en revue certaines propriétés de l’attention sur le plan sensoriel.

Si je me suis un peu attardée ces dernières, c’est que quelque part, nous pourrions faire le parallèle avec son fonctionnement sur le plan mental.

Quand nous avons des soucis par exemple, un comportement qui nous pèse, une relation difficile avec une personne, une baisse de motivation, … notre attention se mobilise sur les éléments problématiques, sur un malaise éventuel, et nous devenons parfois comme hypnotisés par ces derniers. C’est comme si notre conscience se contractait et nous ne voyions qu’une partie du tout… comme si nous regardions le ballon passer d’un joueur à l’autre…

En nous focalisant sur nos problèmes, nous en devenons facilement des  experts sans pour autant arriver  à  les résoudre. Ces derniers se mettent alors à tourner en boucle dans notre esprit.

Mais alors que faire?

Carl Gustav Jung, célèbre psychiatre et psychologue suisse (1875-1961) disait:

« Tous les plus grands et plus importants problèmes de la vie sont fondamentalement insolubles… Ils ne peuvent jamais être résolus, mais seulement surmontés. Cette capacité à les surmonter nécessite, lorsqu’on l’examine plus attentivement, un nouveau niveau de conscience. Un intérêt plus élevé ou plus large apparaît à l’horizon et, au travers de cette mise en perspective, le problème insoluble perd de son importance. Il n’a ainsi pas été résolu de manière logique mais a simplement disparu lors de sa confrontation avec une nouvelle pulsion de vie plus forte. »

Si un problème perd de son importance, comme le dit C. Jung, c’est que nous n’y faisons plus attention ! Comme si cette dernière avait été réorientée vers quelque chose d’encore plus essentiel pour nous.

Soyons alors un peu plus conscients de l’orientation de notre attention en nous posant ces quelques questions : Qu’est-ce que j’ai l’habitude de regarder ? En direction de quoi je n’ai jamais osé regardé ?Qu’est-ce qui me tracasse tellement que je n’arrive pas à profiter d’autre chose ?  Si j’avais le choix, par quoi est-ce que je souhaiterais que mon attention soit attirée ? Qu’est ce que je souhaiterais voir, sentir, entendre, toucher dans ma vie ? Qu’est-ce que je souhaiterais –remarquer en premier dans mon travail ? dans ma vie de famille ? de couple ? sociale ?

En vous posant ces quelques questions, vous pouvez prendre un morceau de papier et inscrire les premiers éléments qui vous viennent à l’esprit … Pas facile ? C’est normal ! Ce n’est pas un exercice habituel, car cela engage une réorientation de votre attention !

Se poser ces quelques questions nous incite  à écrire nous-même la suite de notre histoire de vie,  plutôt que de laisser les circonstances extérieures nous en dicter une version par défaut…

Bon chemin à tous !

Les commentaires sont fermés.